Ophelia

avril 9, 2012 § 1 commentaire

« Au travers d’un désert sans nom 
Flottent les désirs moites 
Qui baignent sa main d’écume et de houblon

Eclaire sa lanterne terne
Son sein en perd sa sève
Elle sombre dans la peine
Que seuls déjouent ses rêves

Du plus profond de ce désert
Lui parvient alors le rire d’un merle
Habile siffleur
Il rejoue les gammes de sa joyeuse trêve

Ophelia chute à corps perdu
Météore filant
Vers où tout s’achève » 

Publicités

Don Juan of none

avril 7, 2012 § Poster un commentaire

avril 7, 2012 § Poster un commentaire

Whirlwind

avril 4, 2012 § Poster un commentaire

Où suis-je ?

Entrées taguées dessin sur Abeba.